Archives de catégorie : Non classé

Pour la nouvelle année

Chers amis,

Nous voici à l’aube d’une nouvelle année dans laquelle l’humanité met tous ses espoirs, au point d’employer très souvent l’expression « meilleure » pour l’opposer à celle que nous venons de quitter. Or bien meilleurs doivent être tous les ans ! C’est notre quête, notre raison de vivre, et ce souhait traditionnel récurent empreint de superstition avec quelque fois une pointe d’hypocrisie, prend malgré tout aujourd’hui un vrai sens après les 1ere, et deuxième vague, la vague terroriste, les vagues de la Roya de la Vésubie et du Boréon ! Ne nous attendons pas au pire pour la nouvelle année, mais au meilleur. Armé d’espoir, de patience, de résolutions et de notre foi. C’est ce que je vous souhaite, chers anciens.

A l’an que ven, se sian pas mai que siguen pas mens !

APPEL DE L’APEL

Communication Martine Méchard  Secrétaire Apel Sasserno  (07 86 77 91 40) en vue de rechercher des places de stagiaires pour les élèves de 3e.

Séquence d’observation en milieu professionnel des 3èmes du 15 au 19 mars

Mesdames, Messieurs, Chers Anciens de Sasserno,

Comme Mme Morisset nous l’a fait savoir par mail lundi 16/11, malgré le contexte sanitaire, l’établissement Sasserno a décidé de maintenir les séquences d’observation en milieu professionnel des 3èmes. Elles s’effectueront du 15 au 19 mars 2021 et la convention renseignée devra être remise au professeur principal le 4 janvier 2021 au plus tard.
L’APEL Sassserno, consciente de l’importance pour nos jeunes de ce premier lien avec le monde de l’entreprise, souhaite apporter son aide à l’organisation de ces stages et a sollicité l’ensemble des parents pour savoir s’ils sont prêts à accueillir un ou des stagiaires. Mais pour augmenter les chances de nos jeunes de trouver un stage, nous nous permettons de vous solliciter aussi.
Si vous êtes prêt à accueillir un ou plusieurs élèves de 3ème du 15 au 19 mars 2021 merci de nous retourner le questionnaire ci-dessous au plus tard le 7 décembre par retour de mail à apelsasserno@gmail.com. Cela permettra d’établir un vivier d’entreprises susceptibles d’accueillir les stagiaires de 3ème que l’APEL pourra transmettre à l’établissement.

Combien d’élèves pourriez-vous accueillir du 15 au 19 mars 2021 ?

Précisez

Votre secteur d’activité
l’adresse du lieu où se déroulerait le stage

Etes-vous intéressé par une aide de l’Association des Parents d’élève de Sasserno (APEL) pour vous assister dans l’organisation de ce stage ?

Oui
Non

Si oui, sur quel contenu ?

Partage de bonnes pratiques
Autres ? préciser

Si oui, sous quelle forme ?

Mails
Vision conférence zoom ou autre (préciser le logiciel) pour plus d’interactivité
Groupe Whatsapp

Toute l’équipe de l‘APEL Sasserno vous remercie d’avance très chaleureusement pour votre aide et votre engagement auprès de nos jeunes.

LA SANTE A TOUT PRIX?

La santé est-elle plus importante que la raison, la liberté et l’économie ?

 

Il y a un certain comportement terroriste à vouloir la santé à tout prix. Ainsi sous prétexte de sauver une vie, l’ambulance pressée par l’urgence écrase et tue quelques dizaines de personnes. Pouvait-on faire autrement ? Peut-être  que oui, si l’on avait utilisé sa raison et maîtrisé sa peur, au lieu de se laisser emporter par l’urgence, il vaut mieux réfléchir et essayer de discerner l’action la meilleure et la plus adéquate dans tel cas. Cela veut dire aussi qu’il faut faire au cas par cas, au lieu de vouloir trouver de l’universel, la règle ne pouvant pas valoir pour tous les cas, mais devant s’adapter à la diversité des situations.

 

Il faut donc proposer une forme et non pas une action précise, comme rester « chez soi » ; la forme du commandement « obéis à la raison », « sois prudent », laisse la possibilité de s’adapter au réel qui n’est pas uniforme comme voudraient le faire croire les diseurs de statistiques à travers des nombres qui semblent donner une réalité rassurante, parce que saisissable. On peut s’appuyer sur une statistique, s’y accrocher et y fixer ses peurs, y lire ses préjugés et ses désirs ou préférences sans les remettre en cause. Les statistiques sont froides et terroristes comme la mort peut l’être et aussi une certaine manière de pratiquer et d’envisager la santé.

 

La santé et la recherche scientifique supposent donc des points de vue particuliers à chaque savant avec leurs goûts et leurs préférences pour certaines idées et actions, mais aussi les positions de l’institution qui les payent pour faire telle recherche décidée par telle politique de tel Etat.

 

 

 

Eric Schilling, professeur et docteur en philosophie, ethnomusicologue

Publications :

Socrate chez Mickey, Michalon; L’homme chez Dieu, Michel de Maule ; La musique de Shiva, Michel de Maule ; Toro, Michel de Maule ; Religion et liberté, Michel de Maule. L’art et l’absolu, Michel de Maule,

 

eric.schilling0959@orange.fr

SASSERNO ET CES ANCIENS TOUCHES PAR LE DRAME DE NOTRE DAME

Dans cette période trouble où constamment nous devons produire un effort pour ne pas perdre les repères que nos parents nous ont montrés, et que nous devons transmettre à nos enfants, je vous invite à méditer le texte de notre ami et condisciple de Sasserno Eric Schilling.
« La liberté est-elle sans limites et jusqu’où doit-on respecter les religions ?
La liberté va-t-elle jusqu’à autoriser un droit de mentir ? A-t-on la liberté de tuer ? La décapitation récente d’un professeur d’histoire et de géographie, ou la tuerie sanglante de la Basilique Notre Dame à Nice, et d’autres événements tragiques plus lointains mettent en question les rapports qu’on pensait « simples » entre la liberté et le respect des religions. A-t-on le droit de tuer l’autre parce qu’il est chrétien : c’est un problème interne au droit musulman, le droit au djihad, mais ce droit, s’il est légitime par rapport au Coran ou aux hadiths, ne correspond pas aux lois de la République Française. Depuis l’abolition de la peine de mort, l’Etat français se refuse la liberté de tuer des criminels.
D’ailleurs le problème est moins de savoir si les enseignants et les journalistes ont la liberté de parler des caricatures du Prophète, que de savoir s’il s’agit là de blasphème et il vaudrait mieux s’interroger sur la nature du blasphème et si ce fait est blasphématoire universellement (comme une sorte de droit naturel) ou uniquement pour les musulmans, et légiférer les recours devant un tribunal international ou national qui dicteraient les éventuelles sanctions. D’après la douleur ressentie devant des propos blasphématoires, on pourra comparer cela à un « viol », un viol de la conscience du croyant. Devant qui le croyant « violé » peut-il exposer sa douleur et sa souffrance, en espérant réparation ? Cela semble difficile dans la République française. D’où la tentation de se faire justice soi-même. La violence surgit, terrifiante. C’est cette terreur que certains vivent, jusqu’à payer de leur vie.
Puis les terroristes en profitent.
Bien qu’il semble, en France, qu’on ne puisse pas être inquiété pour ses opinions, ce qui est la conséquence de la revendication d’être libre à tout prix qui a ses racines dans la Révolution Française et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, on n’est pas libre d’être contre cette liberté républicaine, sous peine d’être accusé de « séparatisme ». Il est clair que la liberté a des limites et notamment les limites propres à la liberté qui interdisent de ne plus vouloir la liberté. Il y a des limites à tout, à notre niveau humain et même pour Dieu dans son rapport à l’homme : tout n’est pas possible pour un être humain. On ne peut pas avoir le droit de tout dire sauf en psychothérapie ou en confession devant Dieu ou bien sauf….dans le cas de l’art….L’art est-il liberté absolue ? L’art peut-il aller jusqu’au blasphème ? Pas mal d’artistes sont morts d’être artistes, l’engagement de l’artiste est qu’il vit au plus près de la mort, il prend des risques ultimes…Des religieux aussi sont morts du fait de leur foi, de Hallaj à Tibérine. L’art, la religion, c’est du sérieux et c’est dangereux. »
Eric Schilling, professeur et docteur en philosophie, ethnomusicologue
Publications :
Socrate chez Mickey, Michalon; L’homme chez Dieu, Michel de Maule ; La musique de Shiva, Michel de Maule ; Toro, Michel de Maule ; Religion et liberté, Michel de Maule. L’art et l’absolu, Michel de Maule,
eric.schilling0959@orange.fr